Suite à 5 mois de mobilisation des citoyen.ne.s de Raborive contre l’installation d’une usine à gaz de l’entreprise Kauffman, un avis négatif de la Région et un refus de l’octroi du permis par la Commune, l’entreprise Kauffman contre-attaque et intente un recours. Affaire à suivre …


Une Usine à Gaz à Raborive, quesako?

En raison de la dangerosité du secteur d’activité de l’entreprise Kauffman Gaz (entreprise d’embouteillement de gaz) située à Remouchamps, cela fait plusieurs années que la question de la relocalisation fait débat. Il y a plusieurs mois, l’entreprise Kauffman a déposé une demande de permis pour s’implanter sur le site de Raborive, dans la commune d’Aywaille, entre les villages de Septroux, Martinrive, Chambralles, Emblève et Rouvreux.

Un collectif citoyen, « Pas de gaz à Raborive »!

Suite à cette demande, un collectif citoyen voit le jour : « Pas de Gaz à Raborive ».

Pour le collectif, ce type d’activité industrielle n’a pas sa place dans cet écrin de verdure entouré de noyaux ruraux. Les futures nuisances occasionnées par cette activité sont intolérables aussi bien pour les riverains (détérioration du cadre de vie, site à risque seveso, etc.) que pour le biotope de la vallée (proximité de zones Natura 2000, sites de grands intérêts biologiques, les Tartines, …). Ce projet néfaste touche même à l’histoire de la commune (Chateau d’Emblève et d’Amblève).

Pour les habitant.e.s, la place d’une entreprise telle que Kauffman est dans un parc d’activités économiques. Ils et elles entrent donc en action. Les actions d’information menées par les membres du collectif permettent de récolter presque 400 lettres de contestation envoyées à la commune et plus 800 signatures à une pétition en ligne. Face à cette ferveur populaire, les autorités communales organisent en urgence une réunion d’information le 13 juillet, deux jours avant l’envoi de leurs avis à la Région. Pour contrer cette opération de communication de la dernière chance, le Collectif se renforce et s’organise. Une « réunion dans la réunion » est organisée. Elle rassemble pas loin de 200 personnes.
Le lendemain, le territoire est touché par les inondations tragique du mois de juillet. et lancent une pétition – qui compte aujourd’hui plus de 850 signatures. Vu l’urgence, la commune n’a pas le temps d’émettre un avis, mais le dossier part tout de même à la région wallonne… avec un avis réputé favorable « par défaut ».

Quelques mois plus tard, les experts de la région (des voies hydrauliques, du DNF et du département des routes) rendront finalement un avis défavorable, suivis de peu par la commune qui s était engagée a s aligner sur l opinion régionale. Une victoire donc? Pas encore …

Des alternatives a construire …

Pensant avoir mis en déroute le promoteur, les membres du collectifs veulent s’engager pour la préservation du site de manière plus durable. Ils souhaitent encourager l’affectation de ce terrain de 2,5 hectares en zone de débordement ce qui permettrait de diminuer considérablement l’impact de potentielles nouvelles crues, tout en préservant la biodiversité présente sur le site. Dans cet objectif, contacts ont été pris vers les divers services de la Région Wallonne qui semblaient favorables à cette idée, en les assurant du soutien du nouveau comité baptisé « Raborêve ».

Mais Kauffman ne lâche pas l affaire

Il y a quelques semaines encore, les bouteilles étaient déjà sorties, l’affaire était presque entendue, et puis, le dernier jour où ils pouvaient le faire, la société Kauffman a introduit un recours en annulation de la décision de la Région Wallonne auprès du gouvernement wallon.
Si d’aventure le Gouvernement Wallon devait accorder le permis, ou simplement, décidait de ne pas remettre d’avis, ce qui aurait pour effet automatique d’autoriser Kauffman à s’installer, le comité est décidé à déposer un recours en extrême urgence au conseil d’état ce qui aurait pour conséquence de bloquer toute construction pendant environ deux ans. L’urgence est parfaitement légitime dans la mesure où de nouvelles inondations restent possible avec les conséquences qu’on connaît sur tous les riverains situés en aval.


Mobilisons nous, le prochain rendez-vous

Aujourd’hui, plus que jamais, le comite a besoin de soutien et de montrer à tou.te.s qu ils et elles ne lâchent rien. Une invitation a venir: un chouette événement qui nous permettra de se revoir: une descente aux flambeaux de Septroux à Raborive. Bloquez dans votre agenda le samedi 22 Janvier 2022 à 17h30.



Lien du site Internet
: https://binooms.wixsite.com/raborive

Lien Facebook vers « Pas de Gaz à Raborive » : https://www.facebook.com/Pas-de-gaz-%C3%A0-Raborive-109410948028605