Le 8 novembre, le Collectif pour la Préservation du Village de Hondelange (CPVH) a réalisé une interpellation citoyenne au parlement wallon afin de sensibiliser les parlementaires à son combat pour sauver 28 hectares de bonnes terres agricoles menacées par le projet d’extension d’un zoning industriel porté par l’intercommunale IDELUX.

Lors du débat qui a suivi cette interpellation, le député MR Philippe Dodrimont (voir à 2h46:28 de l’enregistrement) a évoqué le bénéfice qu’apporterait ce projet de zoning sur le plan de la biodiversité et de la protection des terres cultivables.

La réponse du collectif à cette intervention ne manque pas de piquant et nous nous faisons un plaisir de la reproduire :

“Ayant une bonne connaissance du milieu pour y cultiver des terres depuis de longues décennies, nous nous interrogeons sur les éléments pris en considération pour aboutir à ces conclusions. 95 % des terres de culture sont cultivées en Bio. Une importante parcelle couvrant environ les 2/3 des terres cultivées fait l’objet de couvert permanent, de légumineuses, en non-labour en vue d’y séquestrer un maximum de carbone et d’y capter au maximum l’azote de l’air. Ces pratiques sont notamment inspirées des travaux de recherche effectués par le professeur et chercheur Alain Peeters et font l’objet d’un suivi par l’ASBL Greenotec.

“Vous comprendrez dès lors notre étonnement suite à l’intervention de Monsieur le Député Dodrimont.

“En conséquence et pour nous permettre de mieux comprendre, pouvez-vous nous fournir quelques informations sur la méthodologie et les quantifications effectuées pour conclure à une amélioration.

“Y a-t-il eu des analyses physico-chimiques effectuées afin d’établir un bilan de la situation actuelle et un descriptif des méthodes qui permettront de faire évoluer favorablement ce milieu en dépit de son artificialisation? Du fait que cette zone se trouve intégralement sur une zone de prévention de captage beaucoup de surfaces devront être totalement étanchéifiées en réponse au Code de l’Eau, ce qui réduira encore la biodiversité.

“D’où comment un sol vivant faisant l’objet d’un suivi rigoureux peut-il offrir un bénéfice inférieur à un sol artificialisé localisé dans une zone d’activité économique ?

“A cet effet, nous estimons que l’environnement est une matière sensible qui mérite d’être traitée avec une rigueur scientifique sans faille. Ainsi et comme vous l’aurez compris, nous souhaiterions comprendre les bases qui ont servi à aboutir aux conclusions relayées par Monsieur le Député Dodrimont.”

Cette réponse du collectif se suffit largement à elle-même. Nous ne résisterons quand même pas au plaisir d’y ajouter notre grain de sel en paraphrasant Michel Audiard, le grand dialoguiste du cinéma français, dans le film Les Tontons flingueurs : “ Les amis des bétonneurs, ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît”.